Une nouvelle experimentation tournee vers le bas-carbone a la station de Trevarez (in French)

4 May 2018

L’agriculture représente 17 % des émissions françaises de gaz à effet de serre (GES) et ¼ de ces émissions provient des élevages bovins laitiers. Bien qu’une partie d’entre elles soit compensée par le stockage de carbone des prairies, l’empreinte carbone de l’élevage laitier reste importante.

C’est donc dans l’optique de tester des solutions de réduction des émissions de GES que la station expérimentale de Trévarez (Chambres d’agriculture de Bretagne, 29-St Goazec), met en place, en partenariat avec l’Institut de l’Elevage, une nouvelle expérimentation centrée sur le bas-carbone. Elle a été présentée au cours d’une conférence de presse le 20 avril 2018.

Lancé le 1er avril 2018 pour une durée de 4 ans minimum, ce programme orienté Bas-Carbone s’inscrit dans les engagements pris par la France lors de la COP21, à savoir réduire de 75 % ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050. Dans ce contexte, le secteur agricole projette une réduction de 12 % de ses émissions.

La station expérimentale laitière de Trévarez travaille depuis les années 90 sur des questions d’utilisation efficiente des ressources dans le domaine de l’élevage laitier, en cohérence avec l’objectif Bas-Carbone. Ce dernier est aussi relié à d’autres expérimentations similaires, telles que la Ferme Laitière Bas-Carbone du CNIEL. L’élevage de Trévarez, 120 vaches sur 120 ha, va travailler sur différentes solutions pour diminuer les émissions de GES, l’objectif étant de réduire l’empreinte carbone de Trévarez de 20 % sur 4 ans.

Dans ce but, plusieurs leviers seront étudiés :

  • La gestion de l’alimentation des bovins : réduire la dépendance aux concentrés, utiliser du tourteau de colza en remplacement du soja, améliorer la qualité des ensilages d’herbe…
  • La gestion de la reproduction et de la conduite du troupeau : limiter les animaux improductifs et les périodes improductives, réduire le taux d’élevage des génisses…
  • La gestion des surfaces : favoriser le stockage du carbone par les prairies, limiter le recours aux intrants…

La station expérimentale a notamment pour objectif, grâce à ces différentes actions, de produire 8 000 kg produits/VL/an, en utilisant comme seul concentré 400 kg de correcteur équivalent soja/VL/an. Elle souhaite ainsi montrer aux éleveurs qu’il est tout à fait possible de concilier productivité, rentabilité et respect de l’environnement.

Vous pourrez découvrir la station et en apprendre plus sur les différents projets en place lors des portes ouvertes de la ferme expérimentale de Trévarez, le 7 juin 2018.

Pour en savoir plus : http://www.terra.bzh/actualites/systeme-bas-carbone-un-nouveau-challenge-pour-la-ferme-de-trevarez:M6JO7VR8.html.

Rédaction : Salomé Martin (UBO, Idele)